Réseau S.E.R.I.E.S.

Scholars Exchanging and Researching on International Entertainment Series


Nos tutelles

CNRS DAUPHINE

Nos partenaires

Rechercher





Accueil du site > Bibliographie > Généralités

Véron Eliséo

La semiosis sociale.

Fragments d’une théorie de la discursivité

La première fondation - saussurienne - de la linguistique contemporaine a institué un modèle de l’émergence de la discursivité scientifique dans les sciences de l’homme. Mais les retombées de cette première fondation ont enfoui pendant longtemps, sous le poids du binarisme du signe, la « pensée ternaire » du sens - celle de Frege et de Peirce - indispensable à la constitution d’une théorie de la discursivité sociale. Du même coup, le fonctionnalisme, inséparable de cette première fondation, a réduit le sujet à la subjectivité intentionnelle de la parole, en oubliant et la matérialité du sens et le corps signifiant. De ce point de vue, les développements récents d’une « pragmatique des actes de langage » ne sont que le dernier avatar d’une idéologie de la fonction, soutenue par la fausse évidence du langage comme outil de communication. Malgré les apparences, c’est à partir de la rupture chomskyenne, qui à la fois annonce la fin des fonctionnalismes et dessine la deuxième fondation de la linguistique, qu’une science autonome de la discursivité sociale est devenue possible.